Séance du 23 janvier 2002

 

 

 

Ordre du Jour

 

 

 

A – FINANCES

 

 

1 –    Tarifs Municipaux 2002

 

2 –    Avances sur subventions de fonctionnement aux Associations au titre de l'année 2002

 

3 –   Demande de subvention dans le cadre de la Dotation Globale d'Equipement programmation 2002

 

4 –   Garantie d'emprunt accordée par la Ville de Givet à la Société Espace  Habitat pour la construction de 25 pavillons lieudit "Tenant au Fort  des Vignes"

 

5 –   Indemnité représentative de logement due aux instituteurs non logés –  année 2001

 

6 –           Remboursement de dégât par la compagnie d'assurance AXA

 

7 _   Versement de la subvention de fonctionnement 2001 à l'Association de Développement Economique du Pays de la Pointe (ADEPP)

 

 

B – ADMINISTRATION GENERALE

 

8 –   Deuxième axe de traversée de Givet avec franchissement de la Meuse par un pont : avis du Conseil Municipal sur des variantes présentées par le Conseil Général

 

9 –   Approbation du projet de modification des statuts de la Fédération Départementale d'Electricité des Ardennes

 

10 – Mesures de carte scolaire à Givet : transfert de 39 élèves scolarisés à la primaire Bon Secours vers la primaire Saint-Hilaire, et ouverture d'une nouvelle classe à l'école primaire Saint-Hilaire

 

 

11 –    Modification des conditions d'exploitation de la carrière de calcaire de la Société Granulats Nord-Est sise sur les communes de Chooz et Foisches : avis du Conseil Municipal

 

 

C – QUESTIONS DIVERSES POSEES A L'AVANCE PAR ECRIT

 

 


 

Séance du 23 janvier 2002

 

 

L'an deux mille deux et le vingt trois janvier à vingt heures, le Conseil  Municipal de cette commune s'est réuni au nombre prescrit par la Loi, dans le lieu habituel de ses séances, après convocation légale, sous la présidence de Monsieur Gérard DELATTE, Premier Maire Adjoint, jusqu'à l'arrivée de Monsieur Claude WALLENDORFF, Maire, à 20 heures 45.

 

Etaient présents : Mesdames Christine DUCHOSAL, Anne-Marie JORIS, Béatrice LE GUEN, Messieurs Jean CHIROUZE, Gérard TASSIN, Mesdames Marie-Claude RIQUET, Catherine LAURENT, Isabelle LARDENOIS, Monsieur Alain WAUTHIER (arrivé à 20 H 50), Madame Djida DJADEL, Monsieur Michel PORCELLI (arrivé à 20 H 50), Madame Dominique CATTANT, Monsieur Alain PRESCLER, Madame Isabelle PALSEUR, Messieurs Jean-Claude CAPELLE, Pierre BEQUET, Madame Françoise ABRAHAM, Messieurs Michel LENGRAND, Laurent BAUMEL, Madame Claudine BERTRAND, Monsieur Marc PETRY, Madame Yvette ROMAIN, Monsieur Jean-Marc LACAILLE, Madame Marilyse LAURENT, Monsieur Farid LALLALI.

 

Absents excusés : Monsieur Claude WALLENDORFF (pouvoir : Madame Anne-Marie JORIS jusqu'à son arrivée), Monsieur Robert ITUCCI (pouvoir :  Monsieur Jean CHIROUZE), Messieurs Dominique HAMAIDE, Alain WAUTHIER (pouvoir : Monsieur Gérard DELATTE jusqu'à son arrivée), Monsieur Michel PORCELLI (pouvoir : Madame Dominique CATTANT jusqu'à son arrivée).

 

Les comptes rendus des séances du 05 décembre 2001 et du 17 décembre 2001 sont lus et adoptés à l'unanimité.

 

Madame Djida DJADEL est nommée secrétaire de séance.

----------------------------------------------------------------------------------------------------

 

En ouverture de séance, Monsieur DELATTE  donne lecture d’un courrier envoyé par la Société HLM Espace Habitat, en date du 28 décembre 2001 selon lequel « …. Cet arrêté n'aurait pu être signé aussi rapidement par Monsieur le Préfet sans votre décision de provoquer, dans l'urgence, une réunion du Conseil Municipal, le lundi 17 décembre 2001.

 

Nous tenons à vous réitérer nos remerciements pour la suite que vous avez bien voulu donner à notre souhait à cet égard et permettre ainsi à la Direction Départementale de l'Equipement d'achever l'instruction administrative du dossier dans un délai aussi bref, évitant par voie de conséquence à Espace Habitat d'avoir à supporter, une année de plus, les taxes foncières relatives à ces logements vacants.

 

Les financements attendus de l'Etat devraient nous parvenir au cours des premières semaines de l'année 2002 ; nous engagerons les travaux de démolition à la suite immédiate de ces financements en fonction de la disponibilité de l'entreprise.  Si l'attribution de ces crédits devait tarder, nous solliciterons une dérogation auprès de Monsieur le Préfet ».

 

A – FINANCES

 

 

2002/01/1  -            Tarifs Municipaux 2002

 

Après avis de la commission des finances,

 

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à l’unanimité :

 

 

 

NATURE

ANNEE

EURO

EURO

 

2001

2001

2002

 

en Francs

En €

En €

LOCATION IMMEUBLES

 

 

 

Revalorisation selon indice du coût de la construction

 

 

 

 

3TRI2001

1134

égal 4,76%

 

3TRI2000

1082,5

 

Immeuble 17 rue J. Gilbert

 

 

 

  - studio (4)

1 180

179,89

188

  - logement meublé F2

810

123,48

129

Immeuble 21 boulevard Faidherbe

1 390

211,90

221

Logement ateliers municipaux rue du Paradis

575

87,66

91

Location garage boulevard Faidherbe

130

19,82

20

Immeuble 20 avenue Maréchal  Leclerc

900

137,20

143

Maison 3 quai de Rancennes

1 040

158,55

166

Logements meublés 1 quai des Fours :

 

 

 

·      1er étage     ) + charge

1 960

298,80

313

·      2ème étage ) + charge

2 475

377,31

395

Immeuble 6 quai du Fort de Rome

1 515

230,96

241

Immeuble 23 rue de Gaulle

465

70,89

74

Logement meublé rez-de-chaussée  Château de Mon Bijou

1 645

250,78

262

Studio 23 place Méhul

515

78,51

82

Logement 23 place Méhul

1 500

228,67

239

Bâtiment n° 4, esplanade J. et A. Rivir

1 515

230,96

241

NATURE

ANNEE

EURO

EURO

 

2001

2001

2002

 

 

 

 

Bâtiment industriel - 80, avenue Roosevelt

3 500

533,57

558

 

 

 

 

DROITS DE PLACE

 

 

 

Revalorisation suivant inflation 2001

 

104

égal à 1,17 %

(de novembre 2000 à novembre 2001)

 

102,80

 

 

 

 

 

droits de place marché :

 

 

 

jusqu'à 8 mètres

31,5

4,80

4,90

par mètre supplémentaire

3,85

0,59

0,60

 

 

 

 

Droits de place Foires et Fêtes

 

 

 

 

 

 

 

Fête de printemps

 

 

 

·      droit d'inscription par métier

125

19,06

19,30

·      droit de place le m² supplémentaire

9,2

1,40

1,40

·      minimum de perception (jusqu'à 20 m²)

185

28,20

28,50

 

 

 

 

Foire du 11 novembre

 

 

 

1) Camelots fixes (nouvelle tarification)

 

 

 

de 1 mètre à 5 mètres par mètre avec un minimum de 50 F

50

7,62

7,70

de 6 mètres à 8 mètres par mètre

36

5,49

5,60

de 9 mètres à 12 mètres par mètre

35

5,34

5,40

de 13 mètres à 16 mètres par mètre

33

5,03

5,10

 

 

 

 

2) Camelots ambulants

100

15,24

15,40

 

 

 

 


 

NATURE

ANNEE

EURO

EURO

 

2001

2001

2002

3) Industriels Forains

 

 

 

droit d’inscription par métier

125

19,06

19,30

droit de place (minimum 20 m²)

185

28,20

28,50

droit de place (m² supplémentaire)

11

1,68

1,70

Appareils distributeurs automatiques (2 par industriel forain)

185

28,20

28,50

Appareils dit « Coup de Poing » - (forfait)

95

14,48

14,70

 

 

 

 

4) Exposants de véhicules (maximum 25 mètres)

600

91,47

92,50

Horodateurs Place Carnot (l'heure tarif 91)

2

0,20

0,20

 

pour 1 heure

pour 52 Mn

pour 52 Mn

 

 

 

 

Cirques

 

 

 

·      grand chapiteau

3 200

487,84

493,60

·      chapiteau moyen

1 100

167,69

169,70

·      sans chapiteau

270

41,16

41,60

Attractions foraine quai de Meuse (forfait/mois)

520

79,27

80,20

 

 

 

 

Exposition de véhicules forfait nombre illimité

190

28,97

29,30

 

 

 

 

Exposition outillage et divers (forfait/journée)

825

125,77

127,20

 

 

 

 

LOCATION DE SALLES

 

 

 

Maison de la Rencontre rue Jules Gilbert

 

 

 

 

 

 

 

JOURNEE

 

 

 

  a) Givet

725

110,53

111,80

  b) hors Givet (+ 25 %)

890

135,68

137,30

 

 

 

 


 



NATURE

ANNEE

EURO

EURO

 

2001

2001

2002

DEMI JOURNEE

 

 

 

  a) Givet

365

55,64

56,30

  b) Hors Givet (+25 %)

455

69,36

70,20

Location Salle Stevenin (Espace Le Manège)

 

 

 

 

 

 

 

1 journée

725

110,53

111,80

1/2 journée

365

55,64

56,30

 

 

 

Location Salle de Conférences Espace "Le Manège"

 

 

1 journée

305

46,50

47,00

1/2 journée

155

23,63

23,90

 

 

 

 

Location salle Louis Jouvet (Espace de Spectacles)

 

 

 

 

 

 

du 15 avril au 15 octobre

1 500

228,67

231,40

du 16 octobre au 14 avril

1 900

289,65

293,00

 

 

 

 

Salle Henri Michel Mon Bijou

 

 

 

 

 

 

 

ETE

 

 

 

 

 

 

 

a) Givet·      Soirée avec repas (du samedi 9 h au dimanche 6 h)

1 445

220,29

222,90

 

 

 

 

·      Journée supplémentaire

515

78,51

79,40

·      Repas de midi (de 9 h à 19 h)

720

109,76

111,00

·      Goûter (de 14 h à 19 h)

415

63,27

64,00

·      Soirée dansante sans repas

720

109,76

111,00

 

 

 

 

Demi tarif acquis aux associations

 

 

 

Givetoises une fois par an

 

 

 


 

NATURE

ANNEE

EURO

EURO

 

2001

2001

2002

 

 

 

 

b) Personnes extérieures à Givet (+ 25 %)

 

 

 

·      Soirée avec repas (du samedi 9 h au dimanche 6 h)

1 800

274,41

277,60

·      Journée Supplémentaire

645

98,33

99,50

·      Repas de midi (de 9 h à 19 h)

900

137,20

138,80

·      Goûter (de 14 h à 19 h)

515

78,51

79,40

·      Soirée dansante sans repas

900

137,20

138,80

 

 

 

 

Salle Henri Michel de Mon Bijou

 

 

 

 

 

 

 

HIVER

 

 

 

a) Givet

 

 

 

·      Soirée avec repas (du samedi 9 h au dimanche 6 h)

1 700

259,16

262,20

·      Journée supplémentaire

650

99,09

100,30

·      Repas de midi (de 9 h à 19 h)

850

129,58

131,10

·      Goûter (de 14 h à 19 h)

500

76,22

77,10

·      Soirée dansante sans repas

900

137,20

138,80

Demi tarif acquis aux associations Givetoises une fois par an

 

 

 

 

 

 

b) Personnes extérieures à Givet (+ 25 %)

 

 

 

·      Soirée avec repas (du samedi 9 h au dimanche 6 h)

2 125

323,95

327,70

·      Journée supplémentaire

815

124,25

125,70

·      Repas de midi (de 9 h à 19 h)

1 065

162,36

164,30

·      Goûter (de 14 h à 19 h)

625

95,28

96,40

·      Soirée dansante sans repas

1 125

171,51

173,50

 

 

 

 

Cosec Charles de Gaulle (avec pose de plancher, tables, chaises) - (consommations en plus)

3 040

463,45

468,90

Pose du podium

880

134,16

135,70

 

 

 

 

NATURE

ANNEE

EURO

EURO

 

2001

2001

2002

Salles d'exposition

 

 

 

Polyvalente (la journée) – Centre Culturel

600

91,47

92,50

Salon d'Honneur (la journée) – Centre Culturel

635

96,81

97,90

Salle sous les tribunes stade Berthelot/jour

110

16,77

17

Salle de la Base Nautique par jour (+ consommations eau et électricité)

550

83,85

84,80

 

 

 

 

Salle Halte Fluviale

310

47,26

47,80

 

 

 

 

CARAVANING

 

 

 

Redevance mensuelle

750

114,34

115,70

Redevance à la journée

40

6,10

6,20

 

 

 

 

Tarifs pour vacanciers

 

 

 

·      Emplacement campeur

5,65

0,86

0,90

·      Campeur

10,3

1,57

1,60

·      Enfant de moins de 7 ans

5,15

0,79

0,80

·      Véhicule

5,65

0,86

0,90

·        Branchement électrique (par jour et par branchement)

 

15,5

 

2,36

 

2,40

 

 

 

 

Mobile home (forfait/an) + électricité

4 120

628,09

635,40

Chien

5

0,76

0,80

 

 

 

 

Courts de tennis extérieurs

 

 

 

rue Berthelot heure d'utilisation

37

5,64

5,70

étudiants, militaires et moins de 18 ans

21

3,20

3,20

 

 

 

 

CIMETIERES

 

 

 

Creusement caveau 3 cases

920

140,25

141,90

Concession 30 ans

1 235

188,27

190,50

Concession 50 ans

2 270

346,06

350,10

NATURE

ANNEE

EURO

EURO

 

2001

2001

2002

 

 

 

 

Colombarium

 

 

 

1 case 1 urne

2 525

384,93

389,40

1 case 2 urnes

4 550

693,64

701,80

1 case 3 urnes

6 600

1 006,16

1017,90

 

 

 

 

HALTE FLUVIALE

 

 

 

Quais fixes prix par mètre de bateau

 

 

 

·      par jour

2

0,304

0,30

Pontons flottants prix par bateau

 

 

 

·      par saison

465

70,89

71,70

·      par mois

238

36,28

36,70

·      par jour

26

3,96

4,00

Branchements électriques

 

 

 

·      par saison

210

32,01

32,40

·      par mois

110

16,77

17

·      par jour (séjour 10 jours)

15,6

2,38

2,40

 

 

 

 

TAXES ET REDEVANCES SUR BORNES A ESSENCE

 

 

 

 

 

 

 

par borne annuellement

310

47,26

47,80

 

 

 

 

BIBLIOTHEQUE MUNICIPALE

 

 

 

Pour les personnes de Givet

 

 

 

 

 

 

 

·      jusque 18 ans révolus

Gratuit

Gratuit

Gratuit

·      chômeur, étudiant

10,3

1,57

1,60

·      autres

25,75

3,93

4

 

 

 

 


 

NATURE

ANNEE

EURO

EURO

 

2001

2001

2002

Pour les personnes extérieures à Givet

 

 

 

 

 

 

 

·      jusque 18 ans révolus

30,9

4,71

4,80

·      autres

61,8

9,42

9,50

 

 

 

 

LOCATIONS DIVERSES

 

 

 

Podium avec arceaux

1 500

228,67

231,40

Podium sans arceaux

900

137,20

138,80

 

 

 

 

En dehors du canton, transport barème administratif en vigueur à payer en sus

 

 

 

 

 

·      Utilisation personnel communal/heure

350

53,36

54

 

200

30,49

30,90

Indemnité de mise en fourrière (chien)

150

22,87

23,10

 

 

 

 

Location tente Mon Bijou

700

106,71

108

 

 

 

 

DISPENSE D'INSTALLATION DE FOSSE SEPTIQUE PAR RACCORDEMENT AU RESEAU COMMUNAL

 

 

 

Par raccordement

565

86,13

87,10

 

 

 

 

DROIT DE LICENCE DES DEBITS DE BOISSONS

 

 

 

Taux de base

270

41,16

41,60

 

 

 

 

OCCUPATION TERRAIN COMMUNAL

 

 

 

Terrasse de café le m²

52,5

8,00

8,10

 

 

2002/01/2  - Avances sur subventions de fonctionnement aux Associations au titre de l'année 2002

 

Monsieur LACAILLE fait remarquer que le rapport du Maire fait mention  du versement d’acomptes de subventions aux principales associations. Or, selon l’exposé de Monsieur DELATTE, toutes les associations seraient concernées.

 

Monsieur DELATTE le confirme, soulignant que selon l’avis des membres de la commission des finances, par souci d’équité, toutes les associations bénéficiaires en 2001 de subvention municipale, quel que soit leur montant, seront concernées.

 

Après avis de la Commission des Finances,

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à l’unanimité :

 

§         décide d’accorder aux associations, un premier acompte sur la subvention de fonctionnement 2002, égal à 50 % du montant octroyé pour l'année 2001 :

 

 

ASSOCIATIONS SPORTIVES

 

- U.S.A.G. Rugby XV   5 030,82 €

- U.S.A.G. Football       6 974,54 €

- Judo Club Givetois       1 989,46 €

- Club d'Haltérophilie     396,37 €

- GRRAC     2 515,41 €

- Club de Tir Givetois       762,25 €

- La Rascasse       175,32 €

- La Boule en Bois 152,45 €

- La Boule Lyonnaise       152,45 €

- Pétanque Club Givetois       266,79 €

- UNSS Collège Vauban 228,67 €

- Tennis Club Givetois     1753,16 €

- Modèle Air Club  76,22 €

- Basket Club Givetois       2 858,42 €

- Club Nautique Givetois       3 506,33 €

- Club d'Escrime       556,44 €

- Club de Tennis de Table 457,35 €

- Sports Volontaires Givetois       243,92 €

- La Palanquée Givetoise       396,37 €

- Karaté       175,32 €

- Givet Sport Cynotechnique     175,32 €

- Groupe Randonnée Ardennaise       114,34 €

- Cyclo Club Givet 08 76,22 €

- Studio Gym         76,22 €

- Aïkido Club de Givet       175,32 €

- Messager Givetois       304,90 €

 

 

 

ASSOCIATIONS CULTURELLES

 

- SEPL 457,35 €

- Cinegiv    15 244,90 €

- A.P.N.G.E.       114,34 €

- Association Inter Culturelle Berbère 228,67 €

- Ardenne Walonne       160,56 €

- Vivre à Givet 190,56 €

- Conservatoire Municipal   15 626,02 €

- Harmonie Municipale   5 564,39 €

- Chœurs Etienne Nicolas Méhul       162,45 €

- Chorale Paroissiale       114,34 €

- Eau Vive       533,57 €

 

ASSOCIATIONS PATRIOTIQUES

 

- Médaillés Militaires         76,22 €

- Sous Officiers de Réserve 152,45 €

- Souvenir Français       152,45 €

- U.A.F.F.I.       152,45 €

- Mutilés Réformés         76,22 €

- ACPG - CATM 190,56 €

 

ASSOCIATIONS  DE BIENFAISANCE

 

- La Ribambelle   3 506 €

- Centre Socio-Culturel “L’Alliance”   54 271,85 €

- Donneurs de Sang 152,45 €

- Aumônerie de la Cité Scolaire Vauban 129,58 €

- Association Familiale 45,73 €

- Comité des Œuvres Sociales du Personnel Communal 12 638,02 €

- Retraités de Rhône Poulenc et Cellatex       381,12 €

- Club du 3ème âge 381,12 €

- A.E.P.       403,99 €

- Centre Communal d'Action Sociale        24 772,97 €

- Comité des Anciens        7 622,45 €

- Action Catholique des Enfants       304,90 €

 

 

ASSOCIATIONS TOURISTIQUES ET COMMERCIALES

 

- Office du Tourisme   15 626,02 €

- Pêcheurs du Plan d’eau       228,67 €

- La Coyenne       381,12 €

- A.C.A.G.    1 143,37 €

 

 

 

 

EDUCATION

 

- F.S.E. Collège Vauban 137,20 €

 

 

2002/01/3 – Demande de subvention dans le cadre de la Dotation Globale d'Equipement programmation 2002

 

Monsieur PETRY souligne que, pour la première fois, le Conseil Municipal va être amené à se prononcer sur des questions budgétaires. Jusqu’à maintenant, il s’est agi d’un débat général sur l’état des finances. Les projets présentés dans le cadre de la demande de subvention de la Dotation Globale d’Equipement sont probablement estimables mais ne s’inscrivent pas dans un projet budgétaire global. En effet, il aurait été souhaitable d’évoquer préalablement les Orientations Budgétaires pour l’année 2002, sachant qu’un débat doit intervenir dans les deux mois précédant le vote du budget primitif à adopter, au plus tard, le 31 mars 2002. En raison de l’absence de ce débat préalable, les élus de la Minorité Municipale s’abstiendront.

 

Monsieur DELATTE indique qu’il ne s’agit en l’espèce que de demandes de subventions dont les dossiers doivent être impérativement transmis en Préfecture avant le 31 janvier 2002 pour être examinées.

 

Vu l'avis favorable de la Commission des Finances, le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à la majorité (7 abstentions : Monsieur Laurent BAUMEL, Madame Claudine BERTRAND, Monsieur Marc PETRY, Madame Yvette ROMAIN, Monsieur Jean-Marc LACAILLE, Madame Marilyse LAURENT, Monsieur Farid LALLALI) :

 

§         adopte les avant-projets concernant les opérations d'investissement éligibles à la Dotation Globale d'Equipement (D.G.E.) programmation 2002, énumérées ci-après :

 

Nouvelles opérations 2002

 

 

1) Equipements sportif et socio-éducatif

 

-  Réalisation d'un club house pour l'U.S.A.G. football au Stade Roger Declef.

-              Construction d'une piste de roller dans l'enceinte du Stade Berthelot

 

2) Nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC)

 

Acquisition de quatre PC supplémentaires avec périphériques nécessaires, réseau ADSL pour le Point d'Accès Multimédia (PAM) situé au Centre Culturel des Récollectines.

 

3) Voirie

 

Réhabilitation des rues de Gaulle et Flayelle.

 

 

Rappel des demandes 2001

 

4) Requalification des espaces publics

 

Aménagement de l'espace public îlot Faidherbe suite à la démolition d'une barre HLM (dossier déjà présenté dans le cadre de la programmation 2000).

 

 

 

§         approuve le plan de financement prévisionnel des différentes opérations sus-nommées de la façon suivante :

 

* Club House Stade Roger Declef 200 000 € TTC

 

Subvention Etat DGE (20 % HT) 33 445 €

 

Subvention Région (PER 25 % HT) 41 805 €

 

Retour TVA 26 180 €

 

Participation communale 98 570 €

  ________________

TOTAL 200 000 €

 

 

* Construction d'une piste de rollers dans l'enceinte du

 Stade Berthelot    67 300 € TTC

 

Subvention Etat DGE (20 % HT)  11 255 €

 

Retour TVA  8 810 €

 

Participation communale 47 235 €

  _________________

TOTAL       67 300 €

 

 

* acquisition de 4 PC pour le PAM 9 700 € TTC

 

Subvention Etat DGE (20 % HT)  1 620 €

 

Retour TVA 1 270 €

 

Participation communale  6 810 €

  _________________

TOTAL   9 700 €

 

 

 

* Réhabilitation des rues de Gaulle et Flayelle    195 485 € TTC

 

Subvention Etat DGE (20 % HT) 32 690 €

 

Subvention Conseil Général des Ardennes

(Fonds de voirie d'agglomération)     32 690 €

 

Retour TVA 25 590 €

 

Participation communale     104 515 €

  _________________

TOTAL 195 485 €

 

 

* Aménagement de l'espace public îlot Faidherbe 320 450 € TTC

 

Subvention Etat DGE (20 % HT)  53 585 €

 

Subvention Région (PER 25 % HT) 66 985 €

 

Retour TVA 41 947 €

 

Participation communale 157 933 €

  _________________

TOTAL     320 450 €

 

 

2002/01/4 – Garantie d'emprunt accordée par la Ville de Givet à la Société Espace  Habitat pour la construction de 25 pavillons lieudit "Tenant au Fort  des Vignes"

 

Vu la demande formulée par Espace Habitat, Société Anonyme des Habitations à Loyer  Modéré de CHARLEVILLE-MEZIERES, 7, avenue du Maréchal Leclerc à CHARLEVILLE-MEZIERES et tendant à garantir deux emprunts de 1 219 592,14 € et de 480 214,40 € destinés à financer la construction de 25 pavillons sis chemin de Massembre à Givet

 

Vu l'article 19.2 du Code des Caisses d'Epargne ;

 

Vu les articles L 2252-1 et L 2252-2 du Code Général des Collectivités Territoriales ;

 

Vu l'article 2021 du Code Civil ;

 

le Conseil Municipal après en avoir délibéré, à l'unanimité :


 

§         décide :

 

Article 1er : la Commune de Givet accorde sa garantie pour le remboursement d'un emprunt avec préfinancement d'un montant de 1 219 592,14 €, qu'Espace Habitat, Société Anonyme des Habitations à Loyer  Modéré de CHARLEVILLE-MEZIERES se propose de contracter auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations.

 

Ce prêt est destiné à financer la construction de 19 pavillons sis chemin de Massembre à GIVET.

 

Article 2 : les caractéristiques du Prêt Locatif à Usage Social avec préfinancement consenti par la Caisse des Dépôts et Consignations, sont les suivantes :

 

- Durée du préfinancement : 18 mois maximum

- Echéances : annuelles

- Durée de la période d'amortissement : 35 ans

- Taux d'intérêt actuariel annuel : 4,20 %

- Taux annuel de progressivité : 0 %

- Révisabilité des taux d'intérêt et de progressivité : en fonction de la variation du taux du livret A sans que le taux de progressivité révisé puisse être inférieur à 0 %.

 

Les taux d'intérêt et de progressivité indiqués ci-dessus sont établis sur la base d'un taux du livret A à 3 % et sont susceptibles d'être révisés à la date d'établissement du contrat de prêt par répercussion d'une variation du taux du livret A.

 

Article 3 : la garantie de la Commune est accordée pour la durée totale du prêt, soit 18 mois de préfinancement maximum suivie d'une période d'amortissements de 35 ans à hauteur de la somme de 1 219 592,14 € majorée des intérêts courus pendant la période de préfinancement et capitalisés au terme de cette période.

 

Il est toutefois précisé que, si la durée de préfinancement finalement retenue est inférieure à 12 mois, les intérêts courus pendant cette période seront exigibles à son terme.

 

Article 4 : Au cas où l'emprunteur, pour quelque motif que ce soit, ne s'acquitterait pas des sommes devenues exigibles ou des intérêts moratoires qu'il aurait encourus, la Commune s'engage à en effectuer le paiement en ses lieu et place, sur simple notification de la Caisse des Dépôts et Consignations par lettre missive, en renonçant au bénéfice de discussion et sans jamais opposer le défaut de ressources nécessaires à ce règlement.

 

Article 5 : le Conseil Municipal s'engage pendant toute la durée du prêt à libérer, en cas de besoin, des ressources suffisantes pour couvrir les charges de l'emprunt.

 

Article 6 : le Conseil autorise le Maire à intervenir au contrat de prêt qui sera passé entre la Caisse des Dépôts et Consignations et l'emprunteur.

 

 

§         décide

 

Article 1er : la Commune de Givet accorde sa garantie pour le remboursement d'un emprunt avec préfinancement d'un montant de 480 214,40 €, qu'Espace Habitat, Société Anonyme des Habitations à Loyer  Modéré de CHARLEVILLE-MEZIERES se propose de contracter auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations.

 

Ce prêt est destiné à financer la construction de 6 pavillons sis chemin de Massembre à GIVET.

 

Article 2 : les caractéristiques du Prêt Locatif Social avec préfinancement consenti par la Caisse des Dépôts et Consignations, sont les suivantes :

 

- Durée du préfinancement : 18 mois maximum

- Echéances : annuelles

- Durée de la période d'amortissement : 30 ans

- Taux d'intérêt actuariel annuel : 4,75 %

- Taux annuel de progressivité : 0 %

- Révisabilité des taux d'intérêt et de progressivité : en fonction de la variation du taux du livret A.

 

Les taux d'intérêt et de progressivité indiqués ci-dessus sont établis sur la base d'un taux du livret A à 3 % et sont susceptibles d'être révisés à la date d'établissement du contrat de prêt par répercussion d'une variation du taux du livret A.

 

Article 3 : la garantie de la Commune est accordée pour la durée totale du prêt, soit 18 mois de préfinancement maximum suivie d'une période d'amortissements de 30 ans à hauteur de la somme de 480 214,40 € majorée des intérêts courus pendant la période de préfinancement et capitalisés au terme de cette période.

 

Il est toutefois précisé que, si la durée de préfinancement finalement retenue est inférieure à 12 mois, les intérêts courus pendant cette période seront exigibles à son terme.

 

Article 4 : Au cas où l'emprunteur, pour quelque motif que ce soit, ne s'acquitterait pas des sommes devenues exigibles ou des intérêts moratoires qu'il aurait encourus, la Commune s'engage à en effectuer le paiement en ses lieu et place, sur simple notification de la Caisse des Dépôts et Consignations par lettre missive, en renonçant au bénéfice de discussion et sans jamais opposer le défaut de ressources nécessaires à ce règlement.

 

Article 5 : le Conseil Municipal s'engage pendant toute la durée du prêt à libérer, en cas de besoin, des ressources suffisantes pour couvrir les charges de l'emprunt.

 

Article 6 : le Conseil autorise le Maire à intervenir au contrat de prêt qui sera passé entre la Caisse des Dépôts et Consignations et l'emprunteur.

 


 

2002/01/5 –  Indemnité représentative de logement due aux instituteurs non logés –  année 2001

 

Le Maire rappelle au Conseil que selon les dispositions de l’article 3 du Décret n° 83-367 du 02 mai 1983, le montant de l’indemnité de logement due aux instituteurs non logés est fixé par le Préfet avec avis du Conseil Départemental de l’Education Nationale et des Conseils Municipaux.

 

Cette indemnité est déterminée en fonction de la dotation spéciale instituteurs versée par l’Etat aux communes qui, elle-même tient compte du recensement des ayants droits au 1er janvier de l’année en cours.

 

Le montant unitaire national déterminé pour l’année 2001 s’élève à 2 356,25 €  soit une augmentation de 3,5 % par rapport à 2000.

 

L’indemnité de base de 2000 étant de 2 013,85 € le comité des finances locales propose de fixer le montant de base à 2 084,34 € soit une augmentation de 3,50 % par rapport à 2000.

 

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à l’unanimité :

 

 

 

2002/01/6 – Remboursement de dégât par la compagnie d'assurance AXA

 

Le Maire informe le Conseil qu’à la suite de dégradations volontaires commises sur un bâtiment communal, la cour d’Appel de Reims par jugement en date du 16 mars 2001 a condamné l’auteur de ce méfait à régler à la Ville de Givet le montant estimé du préjudice subi.

 

Cet exposé entendu, le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à l’unanimité :

 

 

 

 

2002/01/7 – Versement de la subvention de fonctionnement 2001 à l'Association de Développement Economique du Pays de la Pointe (ADEPP)

 

Après une suspension de séance demandée par le Maire, Monsieur Michel HUBERT, Président de l’ADEPP est invité à présenter son association. Une plaquette d’information est distribuée à chaque membre du Conseil Municipal. A l’issue de cet exposé, le Maire ouvre de nouveau la séance en remerciant Monsieur HUBERT de son intervention,  qui a éclairé l’assemblée sur les activités de l’ADEPP.

 

Monsieur BAUMEL indique qu’il n’a nul besoin de preuves supplémentaires pour juger de l’efficacité de l’ADEPP, de son Président et de son personnel et le remercie de s’être soumis à cet examen de passage. S’adressant au Maire, il lui demande quelle motivation l’a conduit à inviter Monsieur HUBERT à présenter publiquement l’ADEPP.  Il ajoute que, si le Conseil Municipal devait, pour chaque demande de subvention, entendre un exposé complet de l’activité de l’association, le mandat de conseiller municipal serait une fonction à temps complet. Il pense qu’en réalité cette invitation répond au souhait du Maire de s’interroger sur l’efficacité d’une telle structure. C’est une question juste qui mérite d’être posée et la liste « Pour Givet Changeons d’Avenir » s’est également interrogée à ce sujet en mars 2001. Monsieur BAUMEL termine son intervention en constatant que la réelle compétence en matière économique appartient à la Communauté de Communes de la Région de Chooz.

 

Monsieur WALLENDORFF estime qu’il lui a semblé opportun d’informer les membres du Conseil Municipal nouvellement élus des activités de l’ADEPP, avant de débloquer pour une association non givetoise, dont le siège social est à Vireux-Molhain, une subvention de 38.000 F soit 5.793 euro.  Il ajoute qu'une grande majorité de Conseillers Municipaux ne connaissaient rien de l'A.D.E.P.P. avant cet exposé.

 

Monsieur HUBERT a répondu avec plaisir à cette invitation, tout comme il l’a fait pour d’autres communes. Il se tient, ainsi que son personnel, à la disposition des élus désireux d’en savoir davantage sur l’ADEPP.

 

Monsieur WALLENDORFF conclut en indiquant que c’est de sa propre initiative que l’étude de faisabilité du P.L.I.E. a été financée par les communes de Revin, Fumay et Givet, ce qui a permis de la débloquer.

 

Après avoir entendu l’exposé de Monsieur Michel HUBERT, Président de l’ADEPP, sur les activités de l’association, le Conseil Municipal, après en avoir délibéré à l’unanimité :

 

·        décide d’accorder une subvention de 5.793 € à cette association au titre de  l’exercice 2001.

 

 

B – ADMINISTRATION GENERALE

 

2002/01/8 - Deuxième axe de traversée de Givet avec franchissement de la Meuse par un pont : avis du Conseil Municipal sur des variantes présentées par le Conseil Général

 

Le Maire indique que le Conseil Général demande à l’assemblée délibérante de donner un avis sur les documents présentés par le Conseil Général.

 

Monsieur BAUMEL souligne que ce tracé correspond à peu près à la solution que  la liste « Pour Givet, Changeons d’Avenir » avait imaginée. Il était évident qu’il n’était pas réaliste de penser que le Conseil Général donnerait une suite favorable à une implantation du pont plus en aval du projet proposé. Monsieur BAUMEL considère que le discours de la Liste « Servir Givet », lors de la campagne électorale, a été un peu ambigu par rapport aux riverains des quartiers concernés par cette implantation. Il estime que les riverains ont été floués car ils ont pensé que la position de la Liste « Servir Givet » sur une éventuelle nouvelle implantation du pont allait permettre de modifier le projet initial. Il constate que, dans le registre des promesses non tenues, celle-ci tiendra probablement un rang important, ce qui sera rappelé en temps utile aux Givetois concernés. Aujourd’hui, il n’est plus question que de tracé, comme si le débat sur l’implantation du pont n’avait jamais été ouvert.

 

Le Maire rappelle les engagements pris par la liste « Servir Givet », figurant dans son programme électoral selon lesquels elle "s’engage à obtenir du Conseil Général que le projet d’aménagement reliant le rond point de la route de Beauraing à l’ancienne quincaillerie Jarlot soit gelé, jusqu’à ce que l’étude de sa jonction avec la route de Bon Secours, et celle de Philippeville soit faite, et qu’une étude d’un autre itinéraire, plus en aval, soit présentée à la population de Givet, qui sera appelée à se prononcer sur le sujet, par référendum."

 

Monsieur WALLENDORFF considère que la majorité municipale a fait ce qu’elle a dit. Des avancées significatives ont été faites sur ce dossier. Ainsi, le Président du Conseil Général vient d’indiquer au Maire que les travaux de raccordement entre la route de Bon Secours et le futur rond point « Jarlot » pourraient même être terminés avant le chantier du pont proprement dit.  Il ajoute que l'interprétation que fait Monsieur BAUMEL des péripéties de la campagne électorale n'engage que lui.  Probablement est-il aigri par l'échec de son parachutage à Givet.

 

Monsieur PETRY  reprend certains termes du programme développé par la liste « Servir Givet » lors de la campagne électorale, sur la question du 2ème pont sur la Meuse.

 

Monsieur WAUTHIER lui fait remarquer que cette lecture est partielle. Il rappelle qu’à cette époque, la liste « Servir Givet » s’était engagé à demander au Conseil Général à la fois un projet global sur la réalisation du pont et de ses voies d’accès, et à obtenir de celui-ci une nouvelle étude d’implantation plus en amont. La Liste « Servir Givet » a donc respecté ses engagements.

 

Le Maire conclut en indiquant que, comme il a déjà pu le faire savoir, ce projet sera soumis à une consultation populaire. Il précise que depuis mars 2001, le sujet du 2ème pont fait l’objet d’un large débat et d’une information fournie à la population givetoise (exposition de maquettes, présentation de tracés différents, …), alors que ce dossier n’avait jamais été évoqué publiquement en Conseil Municipal avant cette date.  Les informations ainsi données ont largement fait avancer le débat, permettant à certains propriétaires de savoir qu'ils risquaient une expropriation.

 

Selon lui, au bout du compte, c'est la population qui tranchera le débat.

 

Le Maire rappelle que dans sa séance en date du 09 août 2001, l’Assemblée délibérante avait demandé au Conseil Général des Ardennes, maître d’ouvrage de l’opération, de bien vouloir diligenter des études sur la réalisation du 2ème axe plus en aval du projet initial, et sur l'élargissement du Pont des Américains.

 

Les conclusions de l'étude sur l'ouvrage plus en aval par le Conseil Général disent qu' il apparaît techniquement impossible d’ériger un tel ouvrage dans cette configuration géographique pour différentes raisons,

 

Vu les nouvelles propositions du Conseil Général des Ardennes, sur la 2ème moitié du tracé actuellement prévu, qui demande un avis sur le tracé,

 

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré à la majorité (2 abstentions : Monsieur Gérard DELATTE, Monsieur Alain PRESCLER) :

 

·        donne un avis favorable sur le tracé n° 2 avec les observations suivantes :

 

"1) Rive droite

 

1.1 – Boulevard Bourck

 

L'étude du document laisse imaginer un rétrécissement à 4 mètres du Boulevard Bourck, et, partant, une mise à sens unique de cette voie communale.

 

Cela nous inquiète, car ce boulevard dessert l'entreprise SOPAL, l'une des dernières entreprises présentes à GIVET, qui emploie une cinquantaine de personnes et accueille un nombre important de poids lourds par semaine.

 

 

2) Rive gauche

 

2.1 – Giratoire Ouest

 

2.1.1 Les talus nécessités par la cote altimétrique du giratoire Ouest nous inquiètent, par leur incidence sur le prolongement de l'avenue Roosevelt  vers le quai Bertrand : sera-t'elle rétrécie et son sens unique inversé ?

 

2.1.2 Comment l'accès de la rue Albert Héron au giratoire Ouest pourrait-il être  complété, notamment par l'aménagement d'un second giratoire à  l'intersection de l'avenue Roosevelt et des rues Thiers et Héron ?

 

2.1.3 Le quai Bertrand ne pourrait-il être prolongé en passant sous le nouveau  pont, pour rejoindre ensuite le giratoire Ouest, afin de rendre plus  nombreux les accès à ce carrefour et plus fluide la circulation d'approche ?

 

2.2 – Carrefours de l'avenue Roosevelt

 

Nous avons pris note avec satisfaction de la volonté du Conseil Général d'aménager les carrefours de l'avenue Roosevelt avec la rue du Point du Jour, d'une part, et celle de Bon Secours, d'autre part.


 

2.3 – Contournement Nord de l'agglomération de Givet

 

Nous demandons un examen d'une variante du tracé n° 2 qui le maintiendrait intégralement en France, en le raccordant sur la RD 949, suivant le schéma joint. Il nécessite un pont supérieur sur la voie ferrée, contourne le domaine municipal de Mon Bijou, et permettrait de dévier toute la circulation des poids lourds par la RD 949 vers Philippeville en lui interdisant de traverser GIVET, sous réserve de la modernisation du pont supérieur de la RD 949 sur la voie ferrée. Il permettrait également une desserte directe du Parc d'Activités Districal. Ainsi, grâce à des interdictions adéquates, plus aucun poids lourd ne traverserait GIVET par le pont des Américains, à l'exception de la desserte interne, bien évidemment. Cette situation représenterait un progrès considérable, dont la quasi totalité de la population ne pourrait qu'être satisfaite."

 

 

2002/01 /9 - Approbation du projet de modification des statuts de la Fédération Départementale d’Electricité des Ardennes

 

Monsieur PETRY souhaite savoir en quoi consiste le système d’information géographique.

 

Monsieur LENGRAND, représentant de la commune de Givet auprès de la Fédération Départementale d’Electricité des Ardennes, indique qu’il s’agit d’une cartographie des points de distribution de l’éclairage public. Il ajoute que si l’Assemblée Délibérante est invitée à ne pas voter l’article B1 relatif aux compétences optionnelles et notamment la mise en place et  la gestion d’un Système d’Information Géographique des réseaux d’éclairage public, c’est pour éviter de mobiliser deux financements différents pour atteindre le même objectif. En effet, la Communauté de Communes de la Région de Chooz (ex-District de la Région de Chooz) a déjà engagé des travaux similaires pour cartographier ce réseau.

 

Monsieur PETRY souligne que, comme chaque fois qu’une question a trait aux relations entre la commune de Givet et la Communauté de Communes de la Région de Chooz, la liste « Pour Givet Changeons d’Avenir s’abstiendra.

 

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à la majorité (7 abstentions : Monsieur Laurent BAUMEL, Madame Claudine BERTRAND, Monsieur Marc PETRY, Madame Yvette ROMAIN, Monsieur Jean-Marc LACAILLE, Madame Marilyse LAURENT, Monsieur Farid LALLALI) :

 

·        approuve, à l’exception de l’article B1, le projet de modifications des statuts de la Fédération Départementale d’Electricité des Ardennes tels que approuvés et acceptés au cours de l’Assemblée Générale du 26 octobre 2001.


 

 

2002/01/10 – Mesures de carte scolaire à Givet : transfert de 39 élèves scolarisés à la primaire Bon Secours vers la primaire Saint-Hilaire, et ouverture d'une nouvelle classe à l'école primaire Saint-Hilaire

 

 

Madame LE GUEN rappelle que les prévisions d’effectifs pour la rentrée scolaire 2002/2003 réalisées par les directeurs d’établissements de la Ville devaient être envoyées à l’Inspection Académique pour le 23 novembre 2001. La Municipalité a aidé de façon importante les directeurs d’écoles de chaque quartier afin d’établir au plus juste cet état. Les représentants de parents d’élèves de Bon Secours ont aussi apporté leur aide.  Malgré cela, il y a une baisse importante d’effectifs sur ce quartier cette année (102 élèves soit une moyenne de 20,4 enfants par classe).

 

L’Inspecteur Départemental de l’Education Nationale a réuni le lundi 03 décembre 2001 les directeurs d’écoles et la Municipalité et, au vu des effectifs prévus, il envisageait la suppression d’une classe à l’école primaire Saint-Hilaire. L’effectif aurait été le suivant : 211 élèves pour 10 classes fixes. Nous étions à la limite de fermeture de deux classes.

 

Il est à noter que les parents d’élèves de Bon Secours sont aussi concernés par cette fermeture, car c’est l’école de leurs enfants à partir du CE2/CM1/CM2.

 

La proposition des instances académiques est la suivante : cette fermeture pourrait être évitée en transférant les 39 élèves (CP et CE1) de l’école primaire Bon Secours vers l’école primaire Saint-Hilaire, entraînant ainsi la création d’un nouveau poste dans cette école.

 

Cette restructuration ferait ainsi de l’école Bon Secours une création d’école maternelle.

 

Après cela, la Municipalité a réuni les membres de la commission des Affaires Scolaires le 13 décembre 2001 pour les informer de cette situation.  Ils ont été amenés à se prononcer individuellement sur ce projet. Les membres de la commission y sont favorables à la majorité.

 

Avant toute décision, la Municipalité a tenu ensuite à consulter les familles, car, pour elle, la décision revient aux parents d’élèves de l’école.

 

Le 14 décembre 2001, un courrier a été envoyé à chaque famille de l’école (liste fournie par Madame LAMBERT, directrice) en leur indiquant qu’elles auraient un avis à donner sur le projet. Des affiches d’information ont été placées à l’entrée de l’établissement. Deux jours avant la réunion, un rappel d’information a été inscrit sur les cahiers de liaison « école/famille » à la demande des représentants de parents d’élèves. La consultation des familles a eu lieu le jeudi 20 décembre 2001 à 17 heures dans les locaux de l’école maternelle Bon Secours. Les familles se sont exprimées au cours d’un débat d’environ deux heures, puis ont voté à bulletin secret.

 

Le résultat du vote a fait ressortir que 58,33 % des parents présents sont favorables au transfert de ces 39 élèves de Bon Secours vers Saint-Hilaire, la Ville prenant en charge leur transport.

 

Lors de cette consultation, les enseignantes se sont elles aussi exprimées, à l’unanimité, en faveur de ce transfert, dans l’intérêt des enfants.

 

Les représentants de parents d’élèves réunis le 18 décembre 2001 en présence du Délégué Départemental de l’Education Nationale, Madame GILLET, y étaient aussi favorables à l’unanimité.

 

Un courrier a été de nouveau envoyé le 02 janvier 2002 à chaque famille pour les informer que le résultat du vote incite au transfert de ces 39 élèves. Aujourd’hui, il faut être conscient que la situation des deux établissements, Saint-Hilaire et Bon Secours, est préoccupante en ce qui concerne les effectifs, et que l'année scolaire 2003/2004 pourrait voir une fermeture à Bon Secours et une fermeture à Saint Hilaire.

 

Si la Municipalité saisit l’opportunité qui lui est donnée de réaliser ce transfert, il pourra se dérouler dans de bonnes conditions à la fois pour les élèves et les enseignants, car l’année prochaine le même choix ne se représentera pas, ni pour les enseignants touchés, ni pour les familles. En effet, la situation sera certainement différente.

 

Il est donc proposé à l’Assemblée Délibérante d’accepter cette mesure de carte scolaire, pour la rentrée prochaine.

 

Madame ROMAIN se dit choquée par cette situation qui vise un quartier déjà défavorisé et sinistré par la fermeture de l’usine Cellatex. L’école aurait mérité d’être mieux aménagée plutôt que d’être fermée. Le transfert des enfants vers un établissement du centre ville aura comme conséquence, à son avis, d’aggraver la situation. Elle pose la question de savoir quelle place il reste pour ce quartier de Bon secours, aux yeux de la Municipalité.

 

Madame LE GUEN souligne qu’il ne s’agit pas de fermeture d’école mais bien d’un transfert d’élèves. Les locaux de l’école primaire de Bon Secours sont extrêmement vétustes alors que la primaire Saint-Hilaire est dotée de classes réhabilitées récemment. Elle bénéficie par ailleurs de la proximité du centre culturel des Récollectines avec une bibliothèque-médiatèque, gage d’une offre pédagogique de qualité.

 

 Par ailleurs, Madame LE GUEN indique que la situation de la primaire Bon Secours est tout à fait exceptionnelle puisqu’elle est unique en son genre : les classes de CP/CE1 sont séparées des autres classes élémentaires ce qui ne représente pas la panacée en matière de scolarité. S’il est indéniable que ce transfert va conduire à réduire l’animation quotidienne du quartier, il est important de saisir l’opportunité qui se présente cette année, afin d’éviter une fermeture probable de classe à Bon Secours à la rentrée 2003/2004, vu la baisse sensible d’effectifs dans ce quartier.

 

 Dans le cadre du projet électoral de la Liste « Servir Givet », il existe une volonté de réhabiliter les locaux de l’école Bon Secours et, si ce transfert se réalise, cette école pourra devenir une véritable école maternelle, avec un environnement plus profitable pour les enfants de 2 à 6 ans.

 

Monsieur PETRY indique qu’au delà du problème de Bon Secours, il existe un problème général de baisse d’effectifs tant dans les écoles maternelles et primaires qu’à la cité scolaire, baisse liée à des raisons démographiques, d’une part, et à une concurrence des établissements scolaires belges, d’autre part. Le transfert d’élèves retenu par la majorité municipale est une proposition de gestion et non une politique volontariste qui aurait visé à défendre davantage l’école de Bon secours, implantée dans un quartier sinistré. Il s’interroge pour savoir s’il faut dévitaliser les rares forces de ce quartier, au bénéfice du centre-ville ou au contraire mener une politique de défense de ce quartier dans la perspective d’une meilleure cohésion sociale entre les différents quartiers de la ville. Les habitants de Bon Secours voient d’un très mauvais œil la disparition d’une école qu’ils ont toujours connue. Il termine en soulignant que les chiffres avancés relatifs au vote ne sont pas révélateurs puisque ces 58 % représentent en réalité 13 familles.

 

Madame LE GUEN revient sur les résultats de cette consultation :

 

-         57 familles étaient concernées

-         27 parents étaient présents dont 26 ont voté

-         24 suffrages ont été exprimés (14 pour, 9 contre et 1 abstention)

 

Monsieur PETRY évoque l’existence d’une pétition contre ce transfert qui a recueilli 45 signatures. Les familles n’ont pas en fait été bien renseignées et n’ont pas toujours compris la portée de leur absence. Pour toutes ces raisons, les élus de la minorité ne peuvent voter pour ce transfert.

 

Madame LE GUEN indique qu’elle vient d’expliquer très clairement que l’information a bien été passée et qu’il n’y a pas lieu ici d’en débattre de nouveau.

 

Monsieur CHIROUZE constate que 45 personnes se sont exprimées sur cette pétition alors que, mathématiquement, elles représentent plus de familles que le nombre de parents d’élèves concernés.

 

Monsieur BAUMEL répond qu’il s’agit d’un problème de survie d’un quartier, qui va bien au-delà des familles dont les enfants sont scolarisés dans cette école. Il s’agit d’un problème de déséquilibre entre les quartiers, accentué par la fermeture d’une école. La présence d’une école est perçue comme une infrastructure qui assure la pérennité d’un quartier.

 

Madame LE GUEN est tout à fait d’accord avec cette dernière affirmation mais insiste de nouveau sur le fait qu’il ne s’agit nullement d’une fermeture d’école mais bien d’un transfert d’élèves de CP/CE1 qui sont actuellement séparés du groupe auquel ils appartiennent. Elle ajoute que de larges consultations ont été organisées et des discussions ont été menées dans le cadre de la commission des Affaires Scolaires. Madame LE GUEN souligne que Madame BERTRAND, membre de ladite commission, a d’ailleurs été une partisane inconditionnelle de ce transfert.

 

Madame BERTRAND reconnaît qu’elle est d’accord sur cette mesure, sur le plan pédagogique. Néanmoins, elle a eu connaissance des réserves des habitants de ce quartier et elle comprend parfaitement qu’ils ne veulent pas se séparer de leur école. Lorsqu’elle s’est exprimée en commission, elle ignorait que tous les parents n’étaient pas d’accord.

 

Monsieur BAUMEL précise que si la politique menée par les municipalités précédentes dans ce domaine étaient mauvaises, en perdurant dans cette voie, on contribue à accélérer la désertification d’un quartier.

 

Madame LE GUEN conclut en insistant sur l’aspect bénéfique de ce transfert pour le bien-être des enfants.

 

Le Maire informe le Conseil Municipal, qu’au vu des effectifs prévus pour la rentrée 2002/2003 dans les différents établissements scolaires de Givet, l’Education Nationale envisage la fermeture d’une classe à l’école primaire Saint-Hilaire. Cependant, les instances académiques proposent, pour éviter cette suppression de classe, de transférer 39 élèves des classes préparatoire et élémentaire 1ère année de l’école primaire Bon Secours, vers l’école primaire Saint-Hilaire, et de transformer cette école en école maternelle,

 

Vu l’avis favorable des parents d’élèves de l’école primaire Bon Secours,  de leurs représentants et des enseignants de cet établissement,

 

Vu l’avis favorable de la commission municipale des Affaires Scolaires,

 

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré, à la majorité (6 contre : Monsieur Laurent BAUMEL, Monsieur Marc PETRY, Madame Yvette ROMAIN, Monsieur Jean-Marc LACAILLE, Madame Marilyse LAURENT, Monsieur Farid LALLALI, 1 abstention : Madame Claudine BERTRAND) :

 

·        décide d’accepter la proposition de l’Inspection Départementale de l’Education Nationale en matière de carte scolaire, à savoir :

 

* transférer 39 élèves des classes préparatoire et élémentaire 1ère année de l’école primaire Bon Secours, vers l’école primaire Saint-Hilaire, et de transformer cette école en école maternelle.

* créer une classe nouvelle à l'école primaire Saint-Hilaire.

 

2002/01/11 – Modification des conditions d'exploitation de la carrière de calcaire de la Société GranulatNord-Est sise sur les communes de Chooz et Foisches : avis du Conseil Municipal

 

 

Vu la demande déposée par la société Lafarge Granulats Nord-Est d’obtenir l’autorisation d’augmenter la production de la carrière de calcaire sise sur les communes de Chooz et Foisches,

 

Considérant que la commune de Givet est comprise dans le périmètre de l’enquête publique

 

Vu les conclusions du commissaire enquêteur suite à l’enquête publique réalisée du 20 octobre 2001 au 20 novembre 2001

 

 

Le Conseil Municipal, après en avoir délibéré à l’unanimité :

 

·        donne un avis favorable à cette demande d’autorisation d’augmentation de production déposée par l’entreprise Lafarge Granulats Nord-Est,

 

·        demande que les transports soient faits le plus possible par voie ferrée et par voie fluviale.